«Où ces mains doivent-elles aller sur ton corps?»

 

Gabriele Liesenfeld répond aux questions de  Christiane Maehr

Comment as-tu rencontré Greg?

C’était au Costa Rica où j’ai travaillé comme traductrice pour un Cours d’Accès. J’étais assise là à lire un livre et quand Greg est passé devant moi, j’ai ressenti quelque chose. J’ai perçu quelque chose de complèment différent des autres. Et je me suis alors posé la question: qu’est-ce que c’est?

Suite à cela, curieuse, j’ai demandé qui était cet homme et on m’a dit qu’il était venu spécialement de Nouvelle Zélande pour masser Gary Douglas, le fondateur d’Accès. Et alors, j’ai commencé à l’observer.

Et ce n’est pas resté au stade de l’observation

Non. Greg a remarqué que nous, les traductrices, étions vraiment épuisées, et il nous a proposé de nous masser gratuitement. J’ai dit oui tout de suite. En travaillant sur mon corps, il s’est soudain arrêté et a touché deux points sur mon corps – il fait toujours comme ça. Pour moi, c’était une toute nouvelle expérience et de nouveau, je me suis posé la question : qu’est-ce que c’est?

Et après, j’ai demandé à Greg s’il était chaman ou une sorte de « guérisseur », car sa façon de faire m’a rappelé quelque chose d’ « ancien ».

Je me suis déjà penchée sur ce genre de choses, me suis intéressée au chamanisme et au lien qu’ont les chamanes avec la terre et d’autres dimensions. Cette énergie était pour moi, à vrai dire, familière et pourtant il y avait là quelque chose d’encore plus fascinant. Greg s’est contenté de rire en guise de réponse. Plus tard, il m’a raconté qu’il était à moitié Maori et que tous ses ancêtres guérisseurs – des Torungas en Maori – et des chefs de tribus – il peut suivre la lignée des ancêtres sur des centaines d’années.

Les deux points que Greg a touché sur ton corps: comment a-t-il su lesquels c’était?

Il m’a demandé: « Où ces mains doivent-elles aller sur ton corps? Et où ces mains doivent-elles aller sur ton corps? » Après lui avoir dit deux points, il est resté dessus et s’est carrément plongé dedans. A ce moment-là, mon corps a été ramené à la vie. Et ça, bien qu’avant, j’ai toujours cru être complètement vivante. C’est seulement à partir du moment où Greg m’a touchée que j’ai remarqué à quel point j’avais été jusquelà plutôt morte. Ensuite, en sortant, j’ai parlé à tout le monde de cette expérience incroyable et dit à tous de se faire masser par lui. Beaucoup l’ont fait, et presque la moitié a ressenti la même chose que moi. Pour les autres, c’était comme un massage normal.

Qu’est-ce qui explique cela?

Bien sûr, j’ai aussi posé la question et Greg m’a expliqué, que c’est lié à ce que nous sommes prêts à recevoir. C’est aussi la raison pour laquelle Greg ne se définit pas comme guérisseur, ou qu’il ne peut être le guérisseur d’un autre – pesonne ne peut l’être. Chacun est son propre guérisseur, ou il s’agit d’être prêt à reconnaître cela. Greg ne peut aider que si l’on y est prêt. Et il peut aider à créer un espace où chacun peut se guérir soi-même.

Si ce n’était pas comme cela, Greg ne pourrait pas non plus transmettre son savoir et ce qu’il fait das les cours. Car dans ses cours, c’est exactement ce à quoi l’on s’exerce: être l’espace, dans lequel l’on s’accueille soi-même et dans lequel d’autres ont la possibilité de se recevoir eux-mêmes. On apprend à se guérir soi-même, en reconnaissant soi-même ce que l’on est. Alors, on peut aussi inviter d’autres dans cet espace. Dans le travail de Greg, il s’agit avant tout de gratitude et de laisser-être et du fait que tout est choix.

Alors, est-ce que nous choisissons aussi la douleur par exemple?

 On a des douleurs, mais on peut choisir la manière de les percevoir. Si l’on a par exemple des douleurs physiques, on peut choisir de s’élargir pour devenir plus grand que cette douleur, jusqu’à dépasser cette douleur.  Moi-même, je l’ai fait lorsque Greg et moi on s’est faits tatouer.  Certes, j’ai senti qu’on travaillait sur mon corps, mais je n’ai ressenti aucune douleur, au lieu de cela je me suis entretenue avec le tatoueur et ai même savouré l’intensité.

Pour Greg, c’est quelque chose de normal. D’autre part, c’est la seule personne que je connaisse qui n’ait absolument aucune peur. Il est mort plusieurs fois et sait, à partir de là, ce qu’il y a « là-bas ». Seulement, il a choisi de revenir. Pour moi, une expérience particulière fut la rencontre avec un petit garçon atteint d’une tumeur au cerveau. Les médecins ont tout essayé, mais la tumeur a continué à grandir. Le garçon diffusait beaucoup de légèreté et de joie. Lorsque Greg a senti cette énergie, il a compris que le garçon n’avait aucune peur de la mort car il savait ce qui l’attendait. Lorsque nous avons parlé avec ses parents, ils nous ont confirmé que le garçon avait déjà fait plusieurs expériences de mort imminente.

J’ai déjà entendu parler de guérisseurs qui prennent la douleur des autres. C’est comment chez Greg?

 Greg ressent certes une certaine intensité, mais il la laisse passer à travers lui et ne se l’approprie pas. Autrefois, quand il était petit, il a fait ça en partie. Jusqu’à ce qu’il comprenne que non seulement il n’était pas obligé de le faire, mais surtout qu’il ne pouvait pas aider la personne comme ça. Aujourd’hui, il sait que ça ne sert à rien de prendre les douleurs des autres. S’il faisait cela, la personne serait obligée de les recréer, car la cause pour laquelle le corps les a créées pour nous est toujours là. Il s’agit de regarder et de choisir autre chose que ce que nous avons créé jusque-là de manière inconsciente. La guérison peut alors se produire.